5.8 C
New York

stories of peoples' struggles

Tuesday, November 29, 2022

Searching and asserting a safer future: Indigenous women fighting back for a future free of violence

Must read

International Indigenous Peoples Movement for Self-Determination and Liberation
International Indigenous Peoples Movement for Self-Determination and Liberation
The International Indigenous Peoples Movement for Self-Determination and Liberation (IPMSDL) is a global movement of grassroots-based indigenous peoples’ organizations and advocates that aims to defend indigenous peoples' rights.

Fifteen years and almost nothing much has changed.

This is the result of Amnesty International (AI) report “The Never-Ending Maze” about sexual violence towards Indigenous women in the United States as shared by AI USA’s Tarah Demant. Last September 14, the International IPMSDL hosted the online discussion “In Search of a Safer Future” which highlighted government failures in keeping Indigenous women safe.

“The rates of violence in some communities are so high… that when we were speaking with advocates and survivors, there were some communities where they didn’t know any adult women who had not experienced sexual violence,” Tarah said.

Underscored in the report focusing on American Indian and Alaska Native (AI/AN) women is the US government’s sluggish and inept response in addressing sexual violence in the jurisdiction, policing, healthcare, support services, prosecutions, and justice aspects.

Juskwa Burnett, a First Nations Cree-Métis, stressed the seemingly unending domestic abuse and sexual assault. Brunett has been part of the 2007 and 2022 Amnesty International reports on the crisis of sexual violence.

“It’s important to hear some of these stories in reality because of what our government is not doing and has not been doing for a lot of years; it’s like systematic discrimination of women,” Juskwa shared.

But the danger and attack towards indigenous women mirrors even in Asia and Africa from the reactions by Cindy Kobei of Ogiek Peoples Development Program and Kat Dalon of Save Our Schools Network, Philippines.

Dalon cited correlations between sexual violence against Indigenous Lumad women and girls and the presence of police and the military encampments in their communities. Additionally, Kobei identified that the trauma women and girls go through is much rooted in the displacement happening in their forest communities and the non-recognition of their right to land and self-determination. For both communities, immediate health service, more importantly those specific to the needs of women and girls, are almost nonexistent.

In comparison to AI’s report, the situation in Asia and Africa gravely suffers more from lack of official and aggregated government data on the cases of sexual violence.

“We understand that this work is global. And the work we do here in the US is part of the global work of Indigenous Peoples fighting for their right and freedom to be freed from violence.” Tarah said rejoining the reactors’ inputs.

Ending the discussion, strong recommendations to rethink how states process and address issues of sexual violence were raised. Similarly, speakers made the call to take collective action with cross-sector and cross-country advocates to work for the rights of women and the rights of Indigenous Peoples.

“The erosion of Indigenous traditional governance and justice system as land dispossesion and violence remains unaddressed, and sometimes even enabled by governments, proves the urgent need to struggle together. A safer future will not be handed to Indigenous women in silver platter, it’s something we will definitely need to fight for,” said Beverly Longid, International IPMSDL’s Global Coordinator.

“In Search of a Safer Future” webinar is part of IPMSDL’s Fight 4 Our Future campaign series probing on the articulation of what kind of future Indigenous Peoples aspire. It focuses on the four main theme of rights, lands, health, and environment.

#Fight4OurFuture

#Fight4OurRights

#DefendAncestralLands

#StruggleForSelfDetemination

 

Reference:

Romeo Jara

IPMSDL Communications Officer

[email protected]

Chercher et affirmer un avenir plus sûr : Les femmes autochtones se battent pour un avenir sans violence

Quinze ans et presque rien n’a changé.

C’est ce qui ressort du rapport d’Amnesty International (AI) intitulé “The Never-Ending Maze” (le labyrinthe sans fin) sur la violence sexuelle à l’égard des femmes autochtones aux États-Unis, tel que partagé par Tarah Demant d’AI USA. Le 14 septembre dernier, l’International IPMSDL a organisé une discussion en ligne intitulée “In Search of a Safer Future” (À la recherche d’un avenir plus sûr), qui a mis en lumière les échecs des gouvernements à assurer la sécurité des femmes autochtones.

“Les taux de violence dans certaines communautés sont si élevés… que lorsque nous avons parlé avec des défenseurs et des survivants, il y avait des communautés où ils ne connaissaient aucune femme adulte qui n’avait pas subi de violence sexuelle”, a déclaré Tarah.

Le rapport consacré aux femmes amérindiennes et autochtones de l’Alaska (AI/AN) souligne la lenteur et l’ineptie de la réponse du gouvernement américain à la violence sexuelle dans les domaines de la juridiction, du maintien de l’ordre, des soins de santé, des services de soutien, des poursuites et de la justice.

Juskwa Burnett, une Cree-Métis des Premières Nations, a insisté sur le fait que la violence domestique et les agressions sexuelles semblent ne jamais cesser. Mme Brunett a participé aux rapports 2007 et 2022 d’Amnesty International sur la crise de la violence sexuelle contre les.

“Il est important d’entendre certaines de ces histoires dans la réalité, car notre gouvernement ne fait rien et ne fait rien depuis de nombreuses années ; il s’agit d’une discrimination systématique à l’égard des femmes”, a déclaré Mme Juskwa.

Mais le danger et les attaques à l’encontre des femmes autochtones se reflètent même en Asie et en Afrique d’après les réactions de Cindy Kobei de l’Ogiek Peoples Development Program et de Kat Dalon de Save Our Schools Network, aux Philippines.

Kat Dalon a établi des corrélations entre la violence sexuelle à l’encontre des femmes et des filles indigènes Lumad et la présence de la police et des camps militaires dans leurs communautés. De plus, Kobei a indiqué que les traumatismes subis par les femmes et les jeunes filles sont en grande partie liés aux déplacements qui se produisent dans leurs communautés forestières et à la non-reconnaissance de leur droit à la terre et à l’autodétermination. Pour les deux communautés, les services de santé immédiats, et surtout ceux qui sont spécifiques aux besoins des femmes et des filles, sont quasiment inexistants.

En comparaison avec le rapport d’AI, la situation en Asie et en Afrique souffre davantage du manque de données gouvernementales officielles et agrégées sur les cas de violence sexuelle.

“Nous comprenons que ce travail est mondial. Et le travail que nous faisons ici aux États-Unis fait partie du travail mondial des peuples indigènes qui luttent pour leur droit et leur liberté d’être libérés de la violence.” a dit Tarah en rejoignant les apports des réacteurs.

En conclusion de la discussion, de fortes recommandations ont été formulées pour repenser la manière dont les États traitent et abordent les questions de violence sexuelle. De même, les orateurs ont appelé à une action collective avec des défenseurs de tous les secteurs et de tous les pays pour œuvrer en faveur des droits des femmes et des droits.

“L’érosion de la gouvernance traditionnelle autochtone et du système de justice, alors que la dépossession des terres et la violence ne sont pas abordées, et sont parfois même facilitées par les gouvernements, prouve qu’il est urgent de lutter ensemble. Un avenir plus sûr ne sera pas offert aux femmes autochtones sur un plateau d’argent, c’est quelque chose pour lequel nous devrons certainement nous battre”, a déclaré Beverly Longid, coordinatrice mondiale d’IPMSDL.

Le webinaire “In Search of a Safer Future” fait partie de la série de campagnes “Fight 4 Our Future” de l’IPMSDL, qui vise à définir le type d’avenir auquel aspirent les peuples autochtones. Il se concentre sur les quatre thèmes principaux que sont les droits, les terres, la santé et l’environnement.

#Fight4OurFuture

#Fight4OurRights

#DefendAncestralLands

#StruggleForSelfDetemination (Lutte pour l’autodétermination)

Référence :

Romeo Jara

Chargé de communication de l’IPMSDL

[email protected]

 

More articles

spot_img

Latest article